Leçon n°62 : Célébrer Pâques

Pâques. Le truc qui pour moi ne signifiait rien. La seule personne en qui je croyais c’était moi. Et encore.

Enfin je devrais dire qui ne signifiait pratiquement rien. Parce que, bien sûr, il y avait le week-end en famille, la recherche des chocolats avec les petits cousins et tout le tralala. Si la partie crise de foie me tentait presque, me taper la famille pendant 3 jours m’excitait déjà beaucoup moins. Mais il le fallait. Et papy me mettait souvent un petit billet dans la poche et une main au cul. Je pouvais bien faire un effort.

Et cette année c’était chez notre cousin éloigné, un mec qui ressemblait à peine à mes racines de cheveux et qui se disait pourtant de ma famille. Il était très grand, très maigre, un long cou, un nez un peu pointu et des cheveux gras. Un mannequin de laideur. Tout mon contraire. Je me demandais encore ce qui nous liait. J’aurais pu dire son humour, son intelligence et sa culture mais j’aurais menti. Il était bête, sans aucune repartie, incapable de placer une blague autre que celles des carambars.

LAUGHT

Et il avait osé se reproduire, faire deux gosses infâmes que je ne supportais même pas en peinture. Au sens propre. Il nous avait envoyé, pour un anniversaire, une peinture de sa petite famille. Je l’avais brûlée. Je n’avais pas eu le choix, je n’avais plus de bois et il paraît que la merde c’est un bon combustible. Je vous assure, ce n’était pas un mythe. Je n’avais jamais eu un si joli feu.

Cette année, je me retrouvais donc avec toute ma famille à sourire poliment, à faire des courbettes et à cracher dans le dos de ces pouilleux dont je ne connaissais qu’à peine le prénom.

Et vint l’heure de la chasse au trésor. La seule chose qui pouvait me réjouir. Enfin, j’allais bouffer autre chose que ces infâmes choses que mon cousin nous faisait. Une espèce de compote d’aubergine trempée dans un coulis de tomates aromatisé au pamplemousse. Dégueulasse.

yurk

Alors, au moment de trouver les bonbons, je devenais une lionne. Pire, je devenais la meute entière. Tel un taureau, je partais en courant dans le jardin, déracinais les buissons, arrachais les plantes avec délectation et faisais du terrain un champs de bataille. On m’appelait le Napoléon du lapin. Je les voulais tous. Et les gamins aussi. Ses petits démons avaient tout prévu.

Alors que j’entamais la course décisive, la dernière pour saisir le gros chocolat, le Kinder avec la surprise dedans, la plus petite se mit en boule devant moi, me fit trébucher et laissa la place à son frère qui me piétina de ses petites baskets qui faisaient de la lumière. (D’ailleurs pour les avoir eu dans la gueule, elles sont vraiment moches ces chaussures, il est temps d’arrêter de prendre pour modèle les candidats de télé-réalité les enfants ! ). Je me retrouvais allongée au milieu de la pelouse, gisant presque morte, regardant mon œuf en chocolat presque saisi par les deux débiles.

noplease

Mais alors que je pensais ma mission échouée, que j’avais presque abandonné et que j’imaginais déjà une revanche, le chien habituellement pourri de mes parents vint sauver ma fierté. Tel un gros porc qu’il était, il se jeta sur le Kinder, le déchiqueta en quelques instants, dévora le papier, le chocolat et le jouer avec. Il ne laissa rien, devant les petits qui pleuraient toutes les larmes de leurs corps et en face des parents qui insultaient une bête innocente. Et le pire, c’est que Franck ne fut même pas malade. Mieux, il laissa sa petite pochette surprise à lui sur le paillasson de mon vieux cousin. Joyeuses Pâques les loosers !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Leçon n°62 : Célébrer Pâques »

Partage ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s