Leçon n°52 : Prendre des bonnes résolutions

C’était une habitude. Chaque année, en Janvier, je prenais, comme les  98% de la population mondiale, des bonnes résolutions. J’avais tout fait.

L’année dernière, j’avais décidé d’arrêter de fumer. Du jour au lendemain, sans aucune étape, un « sevrage à la dure » comme on disait dans le milieu. Après 8h57 sans aucune nicotine dans le corps, j’avais craqué et sauté sur un enfant qui tenait une sucette dans sa main, persuadée que c’était une cigarette. Dans mon vol, je lui avais arraché deux dents et cassé le gros orteil gauche. C’était allé très vite. Je l’avais bousculé, il avait trébuché, avait atterri dans un buisson, le visage dans les racines, les pieds dans les branches. Triomphante, j’avais levé la friandise en l’air, les yeux injectés de sang, prête à l’enfoncer directement dans mon poumon. De la nicotine, j’avais besoin de goudron.

smoke

Deux ans avant, ma résolution de rentrée était de me mettre au sport. J’avais tout. Le petit jogging sexy qui moulait dignement ma cellulite, la brassière rose qui n’arrivait pas à contenir ma poitrine trop grosse, les baskets accordées qui m’avaient coûtées une fortune et la queue de cheval qui fouettait le vent. IPod aux oreilles, gourde en mains, j’avais arboré ma tenue de combat et étais partie dans les sentiers des grands parcs parisiens. Mon objectif : faire le marathon de Paris. Comme beaucoup. Pour plus de motivation, je m’étais inscrite à une sorte de groupe de soutien, une espèce de communauté d’accros au sport. J’avais tout de suite accroché. Surtout avec le coach. Un grand brun d’1m86, au regard noir et aux bras de la taille de mon cul, c’est à dire gros. J’étais tombée amoureuse. Et pour lui, j’aurais couru des kilomètres.

C’est en tout cas ce que je croyais. Après seulement 1,230 kilomètres, je recrachais glaire sur glaire, me prenais les pieds dans mes lacets et me faisais hurler dessus par mon prince charmant devenu tyran. Il m’avait d’abord jeté de l’eau en pleine gueule tel un animal déshydraté et avait fini par m’insulter de « grosse vache incapable de bouger son flasque cul« . C’était sa méthode, m’avait-il dit, et je n’avais bien sûr pas tenu.

run
Cette année, c’était différent. Je le sentais. Mon défi était simple : manger, cuisiner, vivre bio. Finit les biscuits industriels, les produits surgelés, les plats cuisinés à réchauffer. Je me décidais à prendre soin de mon corps, en commençant par l’intérieur. Je m’imaginais déjà, préparant chaque matin un smoothie kiwi-épinard que je dégusterai devant une salade de fruits maison. Motivée, je rejoignais le petit épicier local, remplissais mon caddie de toutes ces choses qui combleraient mon corps de bonheur. J’étais fière. Enfin, je devenais cette femme responsable, capable de manger sainement et de prendre soin de son corps. Fini les petits bourrelets disgracieux du fastfood de la semaine, terminé les vilaines vergetures causées par des tonnes de sodas, envolé la culpabilité après s’être enfilée le paquet de mini muffins devant une série pourrie. Tout ça, c’était du passé. Maintenant, c’était courgette, raisins et melon.

eat

Je sortais du magasin, la tête haute, le sac à mis clos pour laisser le poireau se montrer et flatter mon égo sous le regard respectueux des passants. Je traversais ma cour, m’empressais de ranger mon nouveau trésor et de me lancer dans une recette dont je n’avais encore aucune connaissance. Et alors que je mettais la clé dans la serrure, mon voisin, cet homme aux airs d’intellectuel plongé dans ses bouquins, sorti de chez lui et s’approcha de moi. Puis, sans aucune discrétion, il jeta un œil dans mon sac, et me lança « Je ne te pensais pas comme ça ». Et oui monsieur, j’étais une de ces canons qui mangeaient des pommes à l’heure du goûter. Mais avant même de pouvoir répondre, il continua « Tu es donc une de ces filles… je voulais te proposer de m’accompagner au Mc Do mais je crois comprendre que c’est pas ton truc ».

La prochaine fois, je ferais comme vous tous, mes résolutions, je ne les tiendrais pas.

Publicités

20 réflexions au sujet de « Leçon n°52 : Prendre des bonnes résolutions »

  1. Hi hi hi ! c’est super les résolutions qu’on tient pas moi j’adore en faire aussi chaque années et me dire au final que non… lol ! Je compte d’ailleurs en faire d’autres cette année hihi
    La bise !
    Nelly.

    Aimé par 1 personne

      1. comme chaque année, mieux manger et plus bouger ahahahah ! même si cette année il le faut vraiment ! car les années passent et le temps fait ses marques sans qu’on lui demande… bilan : fin d’année 2016 hihi ^_^

        J'aime

      2. Tu as raison, c’est sûr ! Mais bon… Je suis nulle les weekend pour tenir les bonnes habitudes lol mais go! Nous sommes des femmes! Des guerrières! 💪🏾

        Aimé par 1 personne

      3. Malheureusement pour moi mais heureusement pour toi, je suis meilleure pour encourager que pour réaliser moi même des exploits… Mais cette année, c’est différent! Je t’ai 😜 n’est ce pas ? Hihi

        Aimé par 1 personne

Partage ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s