Leçon n°35 : Commencer l’année en douceur

Je ne vous ai jamais raconté, pour John. Le coup de mon grand-père, l’appel incendiaire et le petit ami supposé fuyant. Je ne vous ai pas expliqué comment, finalement et à ma surprise, John était resté.

C’était un soir, il y avait maintenant quelques semaines. Il m’avait appelé, alors que j’étais de retour sur Paris et avait demandé à me voir, d’un ton sec et froid. « J’ai besoin de te voir« . C’était la manière dont il l’avait dit. Il avait surtout besoin de parler. C’était sa spécialité, parler de tout et de rien. Surtout de rien. Il avait le don de m’expliquer des théories impossibles sur la séparation de groupes musicaux dont je ne connaissais même pas l’existence, de m’inventer des sujets sur la reproduction des koalas ou d’argumenter pendant des heures à propos de pouvoirs incroyables de super-héros déchus. Pour dire vrai, il me fatiguait. Heureusement pour lui, son pénis compensait ses paroles, lorsqu’il déniait fonctionner. Mais je l’écoutais quand même. Il le fallait bien. Et après tout, je n’y connaissais rien en koalas, c’était le moment d’apprendre.

crushed
Mais ce jour-là, après avoir exposé son monologue sur l’existence de bateaux pirates en Afrique du Sud, il commença finalement à me parler de nous. C’était dit, il y avait un nous. Et je croyais y être prête. En réalité, c’est ce dont j’avais vraiment envie. Et je croyais le vouloir avec lui. Alors, naïve, amourachée de l’amour même, j’avais dit oui.

J’avais dit oui et, déjà je le regrettais. Surtout quelques semaines après. Principalement aujourd’hui à vrai dire. Parce qu’aujourd’hui c’était ma rentrée. Je rentrais une journée après les débiles d’enfants, juste pour passer en sandalettes devant les mères multitâches et leur rappeler les joies du célibat. Aujourd’hui donc, j’avais recommencé mais j’avais compris que ma vie amoureuse, elle, prenait fin.

cries opra

Tout s’était passé dans le métro ce matin alors que j’asseyais mon fessier imposant sur un de ces sièges aux odeurs et couleurs douteuses. Devant moi, un grand brun aux épaules larges et au sourire recouvert d’une petite barbe de 3 jours. J’avais toujours préféré les bruns. 10 minutes, il m’avait fallu 10 minutes pour comprendre que John n’était rien. Ou pas grand chose. Pas suffisamment en tout cas. Ces doigts talentueux, son blond éclatant et ses discussions interminables n’étaient pas pour moi et ne me contentaient plus. Et quelque part, je n’étais pas pour lui. Je venais de comprendre. Grâce à ce grand brun qui me tendait son numéro. J’étais capable de l’accepter et j’en avais envie. Je refusais poliment et, lâchement, envoyais un message à John :  » tu es parfait mais, visiblement, la perfection ne me réussit pas « .

C’était la rentrée et, moi, je la commençais célibataire.

iooo3

Publicités

7 réflexions au sujet de « Leçon n°35 : Commencer l’année en douceur »

  1. Pas mal l’idée finale du texto pour larguer quelqu’un avec classe par sms. Les mecs devraient en prendre de la graine …

    Sinon les odeurs et couleurs douteuses des sièges de métro me font généralement passer l’envie de m’asseoir. Depuis j’ai un fessier d’enfer a resté debout :p

    Aimé par 1 personne

  2. Ce fameux moment où tu réalises que ton copain ne te convient plus, et qu’avec le recul, pourquoi est-ce qu’il t’a plus ? Comment t’as fait pour être attirée par l’opposé de ton idéal ? Pourquoi tu restes avec quelqu’un que tu crois aimer d’amour fou ? Surtout si c’est un sociopathe pervers narcissique ? Pardon je m’égare… Comme tu peux le constater j’me retrouve facile dans ce que tu écris ahah Tu es célibataire oui, mais on se rend compte rapidement, qu’en plus d’être célibataire, on est libre et on respire ! Tu verras c’est bien bien ( jusqu’au prochain)
    Super post 😉

    La Plume d’H

    Aimé par 1 personne

      1. Mais oui ! C’est effrayant de ne pas « subir » une rupture comme tu dis, on se sent coeur de pierre.
        Le prochain m’est tombé sur le coin de l’oeil sans que j’en veuille vraiment. Autant tu le croiseras à nouveau dans ton métro ou il traversera ton plafond pendant que tu larves sur ton canap’ \o/

        Je t’en prie, et bonne journée ! 🙂

        Aimé par 1 personne

Partage ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s