Leçon n°32 : Partir en vacances familiales

C’était les grandes vacances et moi aussi j’allais en profiter ! Je quittais tout et partais pour de nouvelles aventures. En vrai, je rejoignais juste ma famille dans le château imaginaire qui avait bercé mon enfance, dans la petite maison secondaire de mes parents. Comme tous les ans, toute la famille se réunissait en Bretagne pour célébrer ce qu’ils considéraient comme le meilleur mois de l’année : celui des barbecues, des apéros jusqu’au milieu de la nuit, des chansons paillardes et des rires gras.

C’était ma famille. Toute ma famille. Mon frère, sa copine Bérénice, mon grand père, ma tante, et mes parents. Ils n’attendaient plus que moi. Chaussée de mes petites tatanes trop stylées pour l’air marin, je débarquais, valise sur-gonflée en main, passer mes fameuses vacances familiales. Et mon arrivée fut réussie.

Un chien. Mes parents avaient acheté un chien, sans doute sous la pression de ma mère. Ils avaient acheté une petite saucisse sur pattes. Mais surtout, surtout, ils avaient acheté une machine de guerre, une boule de nerfs, une bestiole aux dents acérées prête à dévorer quiconque se mettrait au travers de son chemin. En d’autres mots : un monstre à la cervelle de moineau.

chien angry

Mes parents l’avaient appelé Franck. Un hommage à l’oncle de mon père décédé trop tôt en trébuchant sur une fourchette un soir de beuverie. Une histoire incroyable.

Franck ne m’aimait pas beaucoup. Et c’était réciproque. Il me hurlait dessus, chiait dans mes pompes, mangeait dans mon assiette. Mais ce n’était rien. Rien comparé à ce qu’il se préparait à faire.

soon

Alors que toute ma famille partait pour la promenade hebdomadaire au marché de Pétaouchnok, je feintai le mal de ventre, restai couchée et envoyai un message à John qui n’était pas loin du village paumé où je me trouvais. Je me précipitai et lui ordonnai de me rejoindre, de me faire un simple bonjour, ou plus honnêtement, de venir me faire l’amour sauvagement.

Quelques minutes plus tard, nous étions réunis. Lui, moi. Et Franck. Cet imbécile de chien ne nous quittait pas du regard et grognait John dès qu’il avait le malheur de me frôler l’épaule. Je l’attrapai avec violence, le collai derrière la porte et reprenai mes folles occupations.

En plein préliminaire, quelques doigts enfoncés dans mon vagin, je pouvais apercevoir derrière la porte, la tête de Franck apparaître par intermittence. Il ne me quittait pas et me gâchait le plaisir. Je restais concentrée, déshabillais John, l’amenais jusqu’à la cuisine pour me cacher de l’autre truffe. Et alors que le pénis de mon étalon se trouvait profondément dans ma bouche, j’entendis la clenche de la porte s’animer, vis le teckel foncer sur sa proie, et libérer toute sa rage. John se retourna pour contrer l’attaque et, recevant son gland dans mon oeil, je trébuchai, puis, comme pour retrouver mon équilibre, je m’agrippai à la seule chose qui était à ma portée : le petit bouton qui allumait la plaque chauffante. Et tout s’enchaîna.

Étalée sur le sol, retenant Franck d’un meurtre, j’entendis John hurler comme un nouveau-né. Je jetai le chien, me précipitai vers lui et me trouvai confrontée à une réalité que je n’avais jamais encore connue. Sous mon regard ébahi, je voyais, comme une chipolata sur un grill, le phallus de John s’embraser sur la plaque brûlante. Et si nos réactions firent bonnes, le mal était déjà fait. Les pompiers arrivèrent quelques minutes après, accompagnés de toute ma famille.

Mon petit ami avait la bite collée sur le plan de travail, et ma mère, reprenant son chien dans les bras, ne trouva pas mieux que de s’approcher de lui, et offrant son plus beau sourire, lui lâcha, sous l’oeil vicieux de Franck. »Vous resterez dîner ce soir ? Nous avons acheté de la saucisse pour le barbecue !« 

sausage

Publicités

6 réflexions au sujet de « Leçon n°32 : Partir en vacances familiales »

  1. J’adore « l’humour noir » qui se dégage de ton article ! Le style d’écriture est juste parfait, et totalement en accord avec ce qui est raconté. Un régal ! Je me réserve le reste des petites leçons un peu chaque soir avant de m’endormir (ça va je ne suis pas trop en retard j’en ai juste manquer 31…). Merci hellocoton pour m’avoir fait découvrir ton blog !

    Aimé par 1 personne

Partage ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s