Leçon n°22 : Apprendre une bonne nouvelle

J’allais me marier. Moi la petite grosse du bac à sable, la boutonneuse du lycée, la dégueulasse du collège. J’allais me marier. Avec une belle robe blanche. Ou peut-être rose. Rose pâle. J’avais vu une actrice de cinéma dans un magazine people se marier en robe rose pâle, un bustier avec un gros bonbon pour jupon. Je choisirai peut-être celle-là. Ou une autre. Moins bonbon justement. Qui m’évitera de ressembler à un gros marshmallow. Mais haribo ou non, j’allais me marier. À un homme magique, un homme qui m’aime et qui prend soin de moi, qui s’inquiète et m’appelle quand j’ai 3 minutes de retard. Un prince charmant.

Yoann, il s’appelait Yoann. On s’était rencontrés un jour d’hiver, et on ne s’était plus quittés. On avait dansé l’un contre l’autre et j’avais senti la naissance de notre amour. Pour être exacte, à ce moment précis, j’avais surtout senti son pénis se durcir lorsqu’il avait effleuré mon gros poteau. Un vrai braquemard, un outil de compét’, un Rocco Siffredi junior.

C’est ce qui m’avait aussi séduite, moi, le petit boudin qu’un unique homme, un seul, avait touché durant toute sa vie. Et ça n’avait pas été fameux. D’abord, il était petit, tout petit. De partout. Et il n’était pas doué. Du tout. C’était en 2007, à un vernissage branché organisé par la sœur d’une amie. Des dizaines de mecs tous plus stylés les uns que les autres. Sauf un. Et celui-ci, il était pour moi.

C’était lorsque je regardais cette peinture blanche, feintant l’intelligence, que le petit Stéphane était venu m’aborder. Il m’avait expliqué que le vide de la toile représentait l’absolu, que le blanc signifiait la pureté et que cette œuvre avait été faite pour moi. La pureté de l’absolu donc. La Sainte Vierge en quelque sorte. J’étais sa Sainte Marie. Et aussi surprenant soit-il, cela m’avait excitée. A tel point que quelques minutes après, je perdais ma virginité dans les toilettes d’une petite galerie d’art avec un micropénis éjaculateur et précoce. Je n’eus même pas le temps d’enlever ma chemise qui boudinait mes gros seins qu’il avait déjà terminé l’affaire, ne négligeant pas de confondre mon anus avec mon vagin deux fois et de comparer mon clitoris à un bouton On/Off quatre fois.

Un héros du sexe ce Stéphane. Après cette expérience, je n´étais même pas sûre d’avoir perdu mon hymen. Voilà la seule histoire que j’avais connue. Enfin, histoire de sexe. Parce que bien évidemment, comme 99% des femmes, je tombais amoureuse d’un inconnu tous les 3 jours. Mais depuis que j’avais rencontré Yoann, depuis cette fameuse soirée hivernale où ma jambe pleine de cellulite l’avait fait bander, depuis cet instant, j’ai su que Yoann était l’homme de ma vie. Il m’avait fait voler, m’avait fait tourner, agrippant mes bourrelets disgracieux, affriolant ma culotte de grand-mère en coton. Dès le lendemain, nous avions à nouveau rendez-vous.  Et tout s’était enchaîné et, sans même que je m’en aperçoive, il m’avait mis la bague au doigt me promettant fidélité et amour éternel.

Mais rien n’aurait eu lieu, rien n’existerait sans la persévérance de ma meilleure amie, sans la foi sans faille de ma plus grande alliée, sans le soutien de ma collègue adorée. Rien de tout ça n’existerait. Sans elle, je ne serais pas en passe de devenir madame Yoann, la femme de la grande tige. Et aujourd’hui, assise sur mon bureau je l’observais, je l’admirais, ne la lâchais pas du regard. Et sans un bruit, je me décidai enfin à lui révéler mon secret. Dans un silence presque insolent, je lâchai comme une évidence, la voix tremblotante : « Mary, j’aimerais que tu deviennes ma demoiselle d’honneur« 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Leçon n°22 : Apprendre une bonne nouvelle »

  1. Ah j’adore ta plume ! Je decouvre tout juste ton blog mais je sens que je vais devenir accro.
    Il faudrait peut etre que je commence par la lecon 1 ?
    En tout cas je sais quoi lire ce soir en rentrant 🙂

    Et sinon, elle a accepte?

    J'aime

Partage ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s